Sensibiliser le public

L'ACSEF utilise sa plateforme pour sensibiliser les gens aux problèmes qui touchent les femmes et les personnes de divers genres qui sont criminalisées au Canada en amplifiant leur voix et en portant des enjeux clés de défense des droits au premier plan dans l'esprit du public.

Média et communiqués de presse  |  Événements et campagnes

Médias et communiqués de presse

COVID-19 et conditions de confinement​

Événements et campagnes

Soins de santé

Violence sexuelle
 
Sur-incarcération des femmes autochtones
Police

 

Déclarations et événements de l'ACSEF 
 
 
 

Événements et campagnes

By Any Other Name: A 15 Day Spotlight on Solitary Confinement in Canada

 

Le 16 novembre 2020, une coalition de groupes investis dans la justice pour les prisonniers ont lancé une campagne de 15 jours pour accroître la sensibilisation du publique à la pratique d'isolement cellulaire au Canada. Cette initiative a coïncidé avec le premier anniversaire de la mise en place supposée des unités d'intervention structurées (SIU) dans les prisons fédérales canadiennes - une mise en œuvre qui a fait l'objet de nombreuses critiques publiques concernant l'échec du Service correctionnel du Canada à coopérer avec le comité de surveillance indépendant, et l'absence de changement significatif par rapport aux unités d'isolement que les SIU  étaient censées remplacer.

 

Alors que le gouvernement fédéral a peut-être annoncé l'abolition de l'isolement cellulaire au Canada, ce projet de sensibilisation  de 15 jours - coordonné par l'Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry, la Société John Howard du Canada, les services juridiques des prisonniers et la Schulich School of Law de l'Université Dalhousie - a mis l’accent sur toutes les façons dont la pratique de l'isolement cellulaire continue de persister au Canada – quel que soit le nom qu’on lui donne: SIU, déplacements restreints, surveillance de la santé mentale, isolement médical, isolement cellulaire

(« lockdowns »), ou l’isolement en « cellule une » .

Au cours des 15 jours, nous avons organisé des événements quotidiens et avons été rejoints par un groupe de défenseurs, universitaires, avocats et politiciens qui sont parmi les plus respectés et les plus reconnus au Canada - et avons mis en vedette les voix  de personnes ayant vécu l'incarcération et de groupes communautaires. Au cours des 15 jours, nos invités incluaient: Ivan Zinger (enquêteur correctionnel du Canada), la sénatrice Kim Pate, Chip O'Connor, El Jones, Idil Abdillahi, Anthony Doob, John Conroy, le juge David Cole, Lisa Kerr et les membres du Prison for Women Memorial Collective.

Vous voulez en savoir plus ? Nous avons enregistré de nombreux panels, et vous pouvez les visionner ici.

 
L'ACSEF et Justice pour Soli: Série de conversations COVID-19

Pendant la COVID-19, l'ACSEF s'est associée au mouvement Justice pour Soli en vue d’organiser une série de conversations en direct avec des activistes, des professionnels du droit et de la santé, des représentants du gouvernement et des personnes ayant vécu l'incarcération. Ces conversations ont eu lieu chaque semaine en avril et mai 2020.

 

Nous avons notamment invité Martha Paynter, El Jones, Mme la juge Louise Arbour, la sénatrice Kim Pate et Paul Champ.

 

Voici les thèmes des présentations: Santé publique et prisons; Travailler en solidarité avec les détenues; Femmes incarcérées dans les prisons fédérales; Conditions de détention et COVID-19; L'impact de la COVID-19 sur les femmes autochtones; Les conséquences de l'incarcération sur la santé spirituelle et mentale; et Agir.

Vous avez manqué le direct? Vous pouvez visionner les conversations sur notre page Facebook.

CAEFS Annual Conference 

Every year, CAEFS hosts a conference that brings together our network and communities to raise awareness about the issues facing criminalized women. Every other year, the conference is co-hosted by a local society in their region. On the alternating years, CAEFS hosts the conference in Ottawa, Ontario.

 

In 2019, CAEFS welcomed attendees from across the country and from as far away as Australia to Ottawa. Together, we engaged in practical conversations examining the totality of the victimization and criminalization cycle for women in Canada.

 

We heard from our keynotes speakers - Debbie Kilroy, Sharon McIvor, Senator Kim Pate on The History of a Movement: Prison Abolition and on Feminist Strategies for Decarceration.

 

Our breakout group topics included:

 

  • Healthcare

  • Prison Culture

  • Colonialism

  • Abolitionist Feminist

  • Centring Lived Experience

  • Barriers to Re-entry

  • Advocacy and Activism

 

This conference was organized by CAEFS leadership and a committee of women with lived experience of incarceration.

Semaine Elizabeth Fry

Chaque année, l'Association canadienne des sociétés Elizabeth Fry (ACSEF) célèbre la Semaine nationale Elizabeth Fry pendant la semaine précédant la fête des mères. L'objectif consiste à sensibiliser et informer le public sur les femmes et les personnes de divers genres qui sont criminalisées et vulnérables au Canada.

Nous avons choisi d’en faire la semaine Elizabeth Fry parce que la plupart des femmes en prison sont des mères, et que beaucoup d'entre elles étaient le seul soutien de leurs familles au moment où elles ont été incarcérées. Lorsque des mères sont détenues, leurs enfants sont condamnés à la séparation. Chaque année, nous attirons l'attention sur cette réalité en clôturant la semaine Elizabeth Fry le jour de la fête des mères.

2020: Bâtir des communautés, pas des prisons

Le thème de cette année est «Bâtir des communautés, pas des prisons». Nous avons profité de cette semaine pour mettre en lumière l'incroyable travail de renforcement de la communauté que réalisent toutes nos sections locales – avant, pendant et après la COVID-19 – car nous savons que la seule véritable alternative à la prison est l'épanouissement des communautés.

C'était aussi le moment d'imaginer à quoi pourrait ressembler une communauté prospère lorsque nous sortirons de la pandémie actuelle. Cette crise a mis en évidence de graves défaillances et lacunes de nos systèmes. Il est devenu évident que nous devons instaurer un nouveau mode de fonctionnement, qui reflète les enseignements essentiels que nous avons tirés sur la manière dont nous pouvons tous contribuer à la sécurité et aux soins collectifs.

Alors que nous organisons habituellement des événements pendant la semaine Elizabeth Fry, nous avons plutôt réagi au contexte actuel en utilisant les médias sociaux pour inciter le public à imaginer avec nous, en finissant les phrases ci-dessous:

Une communauté prospère a besoin de...

Quand je rêve d'un monde sans prisons, j'imagine...

 

Les réponses ont été collectées et partagées en utilisant les hashtags #EFryWeek2020, #BuildCommunitiesNotPrisons, et #ImagineAWorldWithoutPrisons

 

«J'espère que, grâce à cette crise, nous pourrons commencer à nous orienter concrètement vers l’organisation de communautés où personne n'est laissé pour compte. Nous avons besoin de communautés qui créent des occasions de justice transformatrice. Des communautés qui reconnaissent les torts causés par notre passé colonial et s'engagent dans une réconciliation véritable et active avec les nations autochtones. Des communautés qui accordent la priorité au démantèlement de l'oppression sous toutes ses formes et à la construction d'un avenir plus juste pour tout le monde.»

Emilie Coyle, directrice générale de l’ACSEF

À une époque où il y a tant d'incertitude, nous sommes impatientes de faire de cet événement une semaine centrée sur l'espoir et l'imagination, en travaillant ensemble pour visualiser les communautés dont nous avons besoin.

 
 
 

2019: Campagne pour mettre fin à la fouille corporelle

Chaque jour, dans les prisons du Canada, des femmes sont obligées de se déshabiller après avoir rendu visite à leurs enfants, être allées travailler ou avoir participé à un cercle de tambours. Une femme de l'établissement pour femmes Grand Valley, à Kitchener en Ontario, décrit ainsi la situation:

«Avant leur incarcération, la plupart des femmes en prison ont souffert malicieusement aux mains de leurs agresseurs passés, que ce soit physiquement, mentalement, émotionnellement, ou encore sexuellement, la forme de violence qui laisse le plus de cicatrices. Les fouilles à nu sont pour le moins traumatisantes et dégradantes, car on nous demande de nous pencher et de tousser complètement nues en présence de deux agents.»

Le 10 mai 2019, les Sociétés Elizabeth Fry et des organisations partenaires à travers le Canada ont réuni des femmes ayant une expérience vécue dans le cadre d'une Journée nationale d'action pour sensibiliser, amplifier la voix des femmes et exiger que le gouvernement #HearMeToo et #EndStripSearching dans les prisons pour femmes.

 

Le Service correctionnel du Canada voudrait nous faire croire que les fouilles à nu sont nécessaires pour la sécurité des prisons et pourtant, il ne découvre régulièrement que peu ou pas de «contrebande»; les avantages pour la sécurité sont minimes, mais les préjudices pour les femmes sont considérables.

Dans le sillage du mouvement #MeToo, nous avons du mal à comprendre comment le fait de forcer les femmes à enlever leurs vêtements et à accomplir des actes humiliants avec des parties intimes de leur corps n'est pas compris comme une agression sexuelle. S’il ne s’agissait pas du pouvoir de l'État, ce comportement serait considéré et traité comme tel.